Archives du mot-clé pardon

Ho’oponopono signifie « rendre droit », mais aussi « rectifier « » et corriger ». Son nom prête à sourire. Mais pourtant, il s’agit sans aucun doute de la plus étonnante découverte que la médecine ait réalisée ces dernières décennies. Il présente des effets aussi considérables qu’incontestables pour l’ensemble de l’humanité.

Tout a commencé à l’hôpital de l’état d’Hawaii avec le Dr Ihaleakala Hew Len. Il travaillait dans un centre psychiatrique au sein duquel se trouvait une salle dans laquelle étaient réunis tous les malades mentaux, les criminels, et les personnes dangereuses. Tout le personnel soignant craignait cette salle et n’y pénétrait qu’en prenant d’importantes mesures pour leur sécurité.

C’est pourquoi le Dr Len ne pouvait y entrer pour voir ses malades. Pour compenser, il étudiait leurs dossiers. Et pendant qu’il regardait les dossiers, il travaillait sur lui-même aux problèmes que présentaient ses malades.

Et à mesure qu’il travaillait sur lui-même, les patients commençaient à guérir. «Après quelques mois, des patients à qui l’on avait dû mettre des entraves furent autorisés à marcher librement. D’autres, qui étaient lourdement médicamentés commencèrent à abandonner leurs médicaments. Et ceux qui n’avaient aucune chance d’être relâchés furent libérés.» Le personnel aussi changeait. Il commençait à être heureux de venir travailler…

Le Dr Len explique ainsi son secret : «Tout simplement, je guérissais la partie de moi qui les avait créés». Et à chaque fois qu’il étudiait un dossier, il demandait pardon, puis il disait « je m’excuse », et terminait sur ces mots : « je vous aime »

Car pour le Dr Len nous avons la responsabilité totale de notre vie, cela signifie que TOUT dans notre vie – simplement parce que c’est dans notre vie – est de notre responsabilité. C’est ainsi qu’au sens littéral, le monde entier est notre création… Cela nous ouvre de magnifiques perceptives.

Aussi si nous voulons changer, modifier ou améliorer des éléments que nous n’aimons pas dans notre vie, il faut d’abord comprendre et accepter que c’est nous qui avons créé cette situation. Il ne faut pas pour autant s’en sentir coupable, mais seulement responsable. Cependant, si nous avons créé cette situation, nous pouvons tout aussi bien créer les conditions nécessaires pour qu’elle change… Il suffit pour cela de faire comme le Dr Ihealeakala Hew Len et travailler sur la partie de nous-mêmes qui a créé cette situation… il faut alors s’excuser et demander pardon: « je m’excuse », puis envoyer plein d’amour « je vous aime » et enfin répéter souvent ces phrases pour qu’elles s’inscrivent bien profondément en nous et guérissent notre partie malade… et les éléments en rapport avec elle disparaîtront inéluctablement.

Dr Luc Bodin

     Ho’oponopono tire son origine d’un rituel ancestral utilisé à Hawaï il y a très longtemps. Provenant de  la tradition orale, personne ne peut en dater précisément l’origine. A cette époque, Ho’oponopono permettait de résoudre les problèmes communautaires au sein des villages. Il s’agissait donc d’un procédé de réconciliation. Il consistait à réunir tous les habitants du lieu afin qu’ils partagent ensemble leurs problèmes et leurs conflits. Une fois cela réalisé, chacun demandait pardon pour les pensées inadaptées, voire erronées, qu’il avait émises et qui étaient les sources des problèmes. Il faut se souvenir qu’à cette époque reculée, les pensées animistes étaient admises par tous. Ho’oponopono s’inscrivait donc très probablement dans cette démarche du respect des « esprits » et des pensées émises par les humains pouvant venir les troubler, voire pouvant appeler (ou créer) de nouvelles entités perturbatrices…

     Au XXe siècle, une chamane hawaïenne, Morrnah Nalamaku Simeona, reprit ce rituel. Elle se surnommait « Kahuna Lapa’au », que l’on peut traduire par guérisseuse, gardienne du secret (Kahuna signifie « gardien du secret » et Lapa’au « spécialiste guérisseur »).  Elle expliquait que notre identité est composée de 4 éléments :

  • · Unihipili ou Subconscient, qui stocke l’énergie (mana), les mémoires des expériences passées et les émotions.
  • · Uhane ou conscient  qui correspond à notre raison et à notre intelligence. Il permet les prises de décisions.
  • · Aumakua ou Moi supérieur (âme) qui se situe dans une autre dimension tout en demeurant en contact avec Unihipili et Uhane par l’intermédiaire d’une énergie invisible (aka).
  • · Etincelle ou intelligence Divine où se crée l’identité de soi et les inspirations.

     L’idéal est que ses quatre parties demeurent en équilibre. Le but de Ho’ponopono est de retrouver cet équilibre, afin de se reconnecter avec notre étincelle Divine (ou Divinité intérieure) et de retrouver la paix intérieure. Pour Morrnah Nalamaku Simeona « la paix commence avec soi ». Elle ajoutait « Nous sommes ici seulement pour apporter la paix dans notre vie, et si nous apportons la paix dans notre vie, tout autour de nous retrouve sa place, son rythme et la paix ». Ainsi, les êtres humains sont alourdis par leur passé. Lorsqu’ils ressentent le stress ou la peur, ils devraient regarder à l’intérieur d’eux-mêmes. Ils constateraient alors que la cause de leur malaise provient d’une de leur mémoire…

     La grande différence de Ho’oponopono avec le rituel ancestral est qu’il se pratique seul, sans l’aide de personne. Ce fut principalement le Dr Ihaleakala Hew Len, élève de  Morrnah Nalamaku Simeona, qui le fit surtout connaître.

     En effet, alors que le Dr Len travaillait à l’Hôpital d’état d’Hawaï, il ne pouvait se rendre dans une salle où se trouvaient réunis des malades mentaux criminels qui étaient particulièrement dangereux. Il se contentait donc de demeurer dans son bureau avec leurs dossiers qu’il étudiait quotidiennement. Peu à peu, ces malades commençaient à aller mieux, leur état mental s’améliorait. Ils devenaient moins agressifs et leurs traitements pouvaient être allégés. Certains guérissaient et d’autres étaient même relâchés… Lorsque ses collèges demandèrent au Dr Len ce qu’il faisait pour obtenir de tels résultats, il répondait : « Tout simplement, je guéris la partie en moi qui les a créés ».

     Car Ho’ponopono enseigne que nous sommes créateurs à 100% de notre vie. Il n’y a aucun élément de notre existence qui échappe à cette règle. Ainsi tout – simplement parce que c’est dans notre vie – est le fruit de notre création… ou plus exactement, est le résultat de nos pensées : nos pensées erronées sont source d’ennuis et de désagréments, alors que nos pensées parfaites apportent amour et équilibre. En poussant ce raisonnement plus loin, certains ont affirmé que l’extérieur n’existait pas et qu’en fait il n’y aurait que nous et nos pensées.  C’est en effet un point de vue. Personnellement, je pense que nous ne vivons pas dans un seul univers peuplé de sept milliards d’individus, mais plutôt dans sept milliards d’univers réunis par une conscience commune…

    Mais revenons au procédé de Ho’ponopono. Comment se pratique-t-il ? Cela va se passer en plusieurs temps. Tout d’abord face à une situation désagréable, je commence par me rappeler que j’en suis le créateur à 100% et que les autres n’y sont pour rien. Je n’en suis pas la victime, mais l’instigateur à cause d’une de mes pensées qui est erronée et qu’il me faut – que je demande à – effacer. Ensuite, je dis : « Désolé, pardon, merci, je t’aime » :

  • « Désolé » d’être le créateur de cet événement.
  • J’en demande « pardon ».
  • « Merci » à la vie de m’avoir montré cette mémoire erronée que j’avais en moi et dont je n’avais pas conscience.
  • « Je t’aime ». J’aime la vie, mais surtout j’envoie de l’amour à cette mémoire erronée et je demande qu’elle soit effacée… On pourrait tout aussi bien dire : « je m’aime »… Car Ho’oponopono utilise l’énergie de l’amour pour obtenir la guérison.

     Ce qui est impressionnant lorsque l’on commence à utiliser Ho’ponopono dans sa vie courante, est que les résultats sont quasi-immédiats… ou du moins très rapides à survenir.

    En supprimant peu à peu nos mémoires erronées, Ho’oponopono constitue en réalité un excellent outil d’évolution personnelle que chacun peut réaliser seul sans l’aide d’un thérapeute ou d’un médecin.

     Cette technique de réconciliation ancestrale rejoint sous nombre d’aspects les découvertes de la physique quantique moderne qui démontrent combien notre pensée peut agir sur la matière et par là sur notre environnement et notre vie. Mais aussi certains physiciens vont même jusqu’à affirmer que l’univers ne se créerait que sous notre regard… Ce serait notre regard, c’est-à-dire notre pensée qui engendrerait à chaque instant l’univers dans lequel nous vivons… Or, c’est exactement ce que nous enseigne le magnifique processus ancestral Ho’oponopono.

Dr Luc Bodin

Auteur de « Ho’oponopono, le secret des guérisseurs hawaïens » et « Du grand livre Ho’oponopono » aux éditions Jouvence.

    Depuis plusieurs années, de nouvelles énergies se développent sur notre planète. Le mouvement est progressif et devrait se poursuivre encore pendant plusieurs décennies. Ces énergies portent à une nouvelle évolution des êtres humains, mais aussi de tout ce qui vit sur notre planète.

    Les scientifiques ont noté depuis plusieurs années des changements importants au niveau du magnétisme terrestre. Cela se traduit par des mouvements dans les plaques tectoniques (séisme, tsunami, éruption volcanique) et par une menace d’inversion des pôles, comme cela s’est déjà produit plusieurs fois dans le passé de la Terre. De même, se développe une augmentation du niveau vibratoire vue par la résonance de Schumann perceptible dans l’atmosphère terrestre. Par ailleurs, le déplacement du pôle Nord n’a jamais été aussi rapide qu’aujourd’hui et l’activité du soleil ne cesse de croître suivant ainsi son cycle habituel de 9-11 ans. Certains auteurs affirment également que la Terre dans son déplacement dans la galaxie atteint actuellement une zone de haute vibration… terminant ainsi son cycle de 25 920 ans (précession des équinoxes).

     Les mesures en radiesthésie confirment cette augmentation du niveau vibratoire de la Terre. Il serait passé de 6 500 unités Bovies il y a quarante ans, à 8 000 UB il y a une quinzaine d’années, à 9 500 UB il y a 1 an, et 10 800 UB actuellement.

     Ce changement va porter les êtres humains vers une ouverture de conscience peu commune. Or, celle-ci se produit déjà comme le montre le sentiment que nous avons aujourd’hui d’appartenir tous à la même planète et à la même humanité… Cela se sent aussi dans la prise de conscience de plus en plus grande que le monde politico-financier nous trompe et nous manipule afin de mieux nous contrôler. La télévision et les informations en général ne cessent de nous transmettre des horreurs afin de nous maintenir dans la peur et l’insécurité ce qui nous empêche de nous adapter aux nouvelles énergies.

     La destination des nouvelles énergies est magnifique. Elle se développera progressivement au cours des prochaines décennies. Mais la transition pour l’atteindre semble plus délicate.

     Car les êtres humains doivent s’adapter aux changements de niveau vibratoire qui se réalisent dans leur environnement. C’est ainsi que ce passage est responsable de troubles fréquemment rencontrés aujourd’hui comme une fatigue, une émotivité, des maux de tête, des difficultés à se concentrer, des insomnies, etc. Et si cette adaptation tarde à se faire, cela peut participer à l’apparition de maladies comme des dépressions, des maladies neurologiques, des allergies, des prises de poids, etc.

    Or, il est important de comprendre que loin de demeurer passifs et de subir les événements qui se développent actuellement, nous pouvons tout au contraire nous y préparer tranquillement et il est également possible d’interférer sur eux si nous le voulons. Car si le changement est en route, il n’est pas du tout obligatoire qu’il se déroule dans le sang, la peur et les désastres.  Il peut parfaitement survenir dans la paix et la sérénité selon comment nous l’appréhenderons.

    Alors, quoi faire ? Tout d’abord, pour nous adapter au mieux aux nouvelles énergies, le mieux est de cesser de suivre les médias dans toutes leurs divagations qui nous amènent la peur et l’inquiétude dans l’avenir et donc vers les basses vibrations. Or, rappelez-vous que si l’univers avait vraiment voulu nous détruire, nous autres les humains, il l’aurait fait depuis bien longtemps ! Mais tout au contraire, il ne veut que notre bien et ne souhaite que notre évolution.

    La vie sans télévision est belle et légère. De plus, il est très simple d’obtenir toutes informations mondiales via internet ou quelques journaux, sans avoir subir le matraquage médiatique quotidien.

   Ensuite, une vie équilibrée : alimentation biologique, bonne hydratation,  sommeil, activité physique, contacts avec la nature… sans oublier d’effectuer des cures de détoxication du corps avec de la spiruline, de l’aloé véra ou du chardon Marie… permettra à notre corps physique de s’adapter plus aisément au changement en cours.

    Après, il est important de se débarrasser de tous les vieux conflits, rancunes et culpabilités que l’on traine depuis des années afin de permettre à notre organisme de vibrer au niveau de la sérénité et de la compassion (hautes vibrations). Pour cela les « anciennes » techniques de psychothérapies, de PNL ou d’EMDR sont toujours valables. Mais aujourd’hui, les nouvelles techniques de psycho-énergétiques : EFT, TAT, Zensight, etc. permettent de se libérer de ces fardeaux de manière simple, rapide et sans l’aide de thérapeute.

   Les techniques de captation énergétiques, de levée des blocages, d’ouvertures des chakras (notamment des nouveaux chakras qui se développent aujourd’hui), de relance de la circulation énergétique, de mouvement primordial, etc. sont aussi très utiles durant cette période.

   Mais il est aussi possible d’interférer sur les événements qui arrivent dans « notre » univers, c’est-à-dire dans le monde dans lequel nous vivons et qui est différent pour chacun d’entre nous. Car nous sommes sur Terre, dans sept milliards de mondes différents reliés ensemble par une trame commune qui est en train d’évoluer actuellement avec les nouvelles énergies.

   Les outils permettant d’interférer sur notre environnement sont d’abord notre pensée, le pardon (aux autres et à nous-mêmes), et surtout le maintien de notre intégrité afin que nos actes demeurent toujours en adéquation avec notre pensée. Ce sont des éléments essentiels durant cette période. Enfin, Ho’oponopono et la loi d’attraction (qui ont déjà été évoqués dans ce journal) permettront à chacun, de développer une transition harmonieuse vers la prochaine étape de l’évolution humaine.

 

Dr Luc Bodin

 

Ho’oponopono est d’abord une manière d’alléger notre quotidien de toutes les situations désagréables que nous y vivons. Ceci constitue le premier bénéfice de Ho’oponopono.

Car Ho’oponopono nous permet d’effacer les programmes erronés que nous avons en nous et qui ont généré ces désagréments.

Puis, de mémoire erronée effacée en mémoire erronée effacée, nous commençons à nous découvrir, à découvrir notre lumière intérieure, certains diront notre Divinité intérieure.

Ainsi, Ho’oponopono allège nos conflits et nous simplifie la vie, ce qui ne veut pas dire qu’il soit toujours facile de faire Ho’ponopono…

Quoi qu’il en soit, Ho’oponopono nous conduit vers la paix intérieure, le calme, la sérénité et – pourquoi ne pas le dire ? – vers l’amour.

Que faire dans la pratique ?

La première chose consiste à accepter – ce qui n’est pas toujours évident – que « je suis créateur à 100 % de TOUT ce qui apparaît dans ma vie ». En effet, je n’en suis pas le créateur à 99,999%, j’en suis responsable à 100%… ce qui ne veut pas dire que j’en suis le « coupable ». Car ce sont des mémoires inconscientes qui sont les organisatrices de ces situations délétères. En effet, ce n’est pas notre conscient qui nous dirige la plupart du temps, mais notre inconscient où se trouvent ces mémoires erronées.

Mais, comme je suis le créateur de ce qui arrive dans ma vie, je peux tout aussi bien défaire ce que j’ai construit comme situation désagréable. Je n’en suis donc plus la victime. Je peux les changer sans attendre l’aide de qui que ce soit. Pour cela, il me suffit d’effacer ces mémoires erronées inconscientes.

Alors, comment effacer mes mémoires erronées, puisqu’elles sont inconscientes ?

Pour effacer nos mémoires erronées, il suffit de nous adresser à notre être supérieur, que d’autres appellent leur Divinité intérieure ou encore leur subconscient. Celui-ci est très puissant et peut facilement annihiler ces mémoires ou les transmuter grâce à l’énergie de l’Amour.

Ces deux premières étapes semblent simples dans leur principe, cependant elles ne sont pas toujours aisées dans leur réalisation, car :

- Nous ne sommes pas prêts de prendre la responsabilité de tout ce qui se passe dans notre vie. Nous reportons généralement la responsabilité sur les autres.

- Pour effacer nos mémoires erronées, nous devons nous en remettre à notre Être supérieur – qui n’est en fait que la partie la plus pure de notre personne -, mais notre mental, qui est très lié à notre égo n’est pas souvent prêt à perdre le contrôle, notre contrôle. De plus, il désire toujours tout comprendre, tout analyser. Or ici, il convient de lâcher et de ne plus être dans le contrôle. Car c’est notre Être supérieur qui va s’occuper de tout. 

- Enfin, nous faisons Ho’oponopono pour effacer une mémoire erronée et non pour obtenir telle ou telle chose. Je ne fais pas Ho’ponopono pour guérir, mais pour effacer les mémoires erronées en rapport avec ma maladie. Que va produire cet effacement ? Je n’en sais rien. Peut-être la guérison, ou peut-être pas ? Cependant, je sais que cet effacement va être profitable pour moi. Être sans attente quant au résultat lorsque l’on fait Ho’oponopono, n’est pas toujours chose aisée non plus.

Donc, comment je fais  ?

1.   J’arrête de « raisonner » (ce qui fait que j’arrête temporairement mon mental) et j’accepte à 100 % d’être le créateur. Je comprends que ce sont certaines de mes mémoires qui ont créé cette situation.
 
2.   Je demande à mon Être supérieur de nettoyer ces mémoires erronées et je répète :

- « Je suis désolé », d’être le créateur de cette situation à cause d’une mémoire erronée que j’avais et dont je n’avais pas conscience.

- « Pardon » Je demande pardon à tous ceux que cette situation à pu heurter ou causer préjudice.

- « Merci » à la vie, à cette situation de m’avoir montré cette mémoire erronée inconsciente.

- « Je t’aime » et je demande à mon Être supérieur « S’il y a une mémoire qui a créé cela, s’il te plait efface-la, nettoie-la. Merci. Je t’aime. »
 

Notre vie se résume donc à n
ettoyer, nettoyer, nettoyer !

Quand cette mémoire s’en va, nous sentons la Paix s’installer dans notre coeur. Le vide se fait en nous. Alors l’inspiration peut entrer. Elle nous donne toutes les indications nécessaires pour mener à bien notre vie. 

Ho’oponopono est issu d’un processus ancestral de réconciliation qui était utilisé au sein des populations hawaïennes. Il fut repris par la chamane Morrnah Nalamaku Simeona qui en fit un outil de réconciliation avec soi-même. Il permet d’effacer les processus psychologiques inconscients et perturbateurs, qui sont responsables de la survenue de situations difficiles dans notre vie. Par là, Ho’oponopono peut transformer notre quotidien, voire notre destinée, de manière simple et immédiate.

Ho’oponopono est une technique de guérison et de réconciliation hawaïenne qui signifie « rectifier l’erreur » « rendre droit » ou encore « bonifier ». Ce mot aux consonances étranges vient de « Ho’o » qui veut dire « occasionner » en hawaïen et « ponopono » qui signifie « perfection ». Ho’oponopono est ainsi une technique qui va rectifier l’erreur et remettre sur la bonne route. L’erreur quant à elle, provient pour les chamanes hawaïens, de pensées polluées par des mémoires douloureuses du passé. Le processus de Ho’oponopono va libérer l’énergie de ces pensées douloureuses qui sont source de souffrances et de maladies.

Il y a bien longtemps, Ho’oponopono était un rituel utilisé au sein des villages des îles Hawaï pour résoudre les problèmes communautaires. Il fallut attendre le XXe siècle pour que Ho’oponopono fut remis au goût du jour par une chamane hawaïenne, Morrnah Nalamaku Simeona. Elle était Kahuna Lapa’au ce qui signifie « gardienne du secret » et « guérisseuse ». Pour elle, « nous sommes l’accumulation de toutes nos expériences, ce qui revient à dire que nous sommes chargés de nos passés. Lorsque nous expérimentons du stress ou de la peur dans nos vies, si nous observions attentivement, nous pourrions nous rendre compte que la cause est en une mémoire ».

Le procédé que Morrnah mit au point, s’est révélé si efficace, qu’elle fut même invitée aux Nations Unies et à l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour le présenter. Ce fut cependant un de ses élèves, le Dr Ihaleakala Hew Len qui permit sa diffusion. L’expérience qu’il vécut alors qu’il travaillait à l’Hôpital d’état d’Hawaï fit rapidement le tour du monde… Dans cet hôpital se trouvaient de nombreux malades très dangereux. Ils étaient enfermés dans une salle où le personnel soignant ne se rendait jamais. Le Dr Len se contenta donc de s’enfermer dans son bureau et d’étudier les dossiers de ses patients. A la surprise de tous, peu à peu ses malades commencèrent à aller mieux. Leur état mental s’améliorait. Ils devenaient moins agressifs et leurs traitements pouvaient être allégés. Certains guérissaient et d’autres étaient même relâchés… Devant ces résultats, ses collèges demandèrent au Dr Len ce qu’il faisait. Il répondit : « Tout simplement, je guéris la partie en moi qui les a créés ».

Il est souvent impressionnant de constater la rapidité des changements obtenus dans notre vie quotidienne grâce à Ho’oponopono. Constatant cela, nombre de personnes en ont déjà fait leur mode de vie…

Il est aussi remarquable de constater que les derniers travaux de la physique quantique rejoignent parfaitement les conclusions de Ho’oponopono. Car les expériences réalisées ont démontré que la pensée agissait sur la matière et par là sur notre environnement et notre vie. Ainsi en changeant nos pensées, nous pouvons changer le monde, du moins « notre » monde.


Dr Luc Bodin

 

Une question fréquemment posée est de savoir s’il est possible d’aider quelqu’un avec Ho’oponopono.

Il est vrai que Ho’oponopono est un outil merveilleux et nous aimerions beaucoup en faire profiter les autres.

Cependant, nous faisons toujours Ho’oponopono pour nous, pour effacer une mémoire erronée que nous avons, et que nous montre une personne dans la souffrance (celle que nous désirions aider). Ho’oponopono va ainsi effacer notre mémoire erronée, ce qui retentira sur notre vie, et obligatoirement sur la vie de l’autre personne. Cependant, ce que cela donnera pour elle, nous n’en savons rien. Mais cela ne sera que dans le bon sens.

Lorsque le Dr Len effaçait ses mémoires erronées dans son hôpital psychiatrique à Hawaii, il le faisait pour lui et non pour soigner les personnes ce qui est différent. Le fait est que l’effacement de ses mémoires a permis la guérison des malades. Mais il ne le faisait pas pour cela, et il ne savait pas non plus en le faisant ce que cela allait donner sur les malades.

Ainsi si vous voulez aider les autres, effacez vos mémoires personnelles qui sont en relation avec les problèmes présentés par cette personne. C’est la meilleure solution. C’est tout simple et très efficace.

 

Nous pouvons aussi extrapoler cette situation, aux problèmes présents sur notre planète : famine, guerre, chômage, maladies, injustice, problèmes sociaux, inégalité, souffrance, etc. Mais ne faites pas cela pour supprimer le problème… mais pour effacer la mémoire erronée correspondant au problème. La disparition de votre mémoire erronée changera la situation dans votre monde. Mais il n’est pas possible de savoir à l’avance ce que cela produira.

Dr Luc Bodin

 

Fotolia_12221984_XS - copie

Ho’oponopono signifie « mettre droit » ou redresser. Il tire son origine d’un rituel ancestral utilisé à Hawaï il y a très longtemps. Provenant de  la tradition orale, personne ne peut en dater précisément l’origine. A cette époque, Ho’oponopono permettait de résoudre les problèmes communautaires au sein des villages. Il s’agissait donc d’un procédé de réconciliation. Il consistait à réunir tous les habitants du lieu afin qu’ils partagent ensemble leurs problèmes et leurs conflits. Une fois cela réalisé, chacun demandait pardon pour les pensées inadaptées, voire erronées, qu’il avait émises et qui étaient à l’origine des problèmes.

Selon Ho’oponopono, notre conscience profonde, notre « identité de soi » est composée de 4 éléments :

  • Unihipili ou Subconscient, qui stocke les mémoires des expériences passées et les émotions.
  • Uhane ou conscient  qui correspond à notre raison et à notre intelligence.
  • Aumakua ou Moi supérieur (âme) qui se situe dans une autre dimension.
  • Etincelle ou intelligence Divine où se crée l’identité de soi et les inspirations.

L’idéal est que ses quatre parties demeurent en équilibre. Le but de Ho’ponopono est de redonner cet équilibre, afin de se reconnecter avec notre étincelle Divine (ou Divinité intérieure) et de retrouver notre paix intérieure.

Au XXe siècle, une chamane hawaïenne Morrnah Nalamaku Simeona reprit cet ancien rituel et le transforma en un outil individuel, facile à pratiquer sans l’aide de personne.

Pour Morrnah Nalamaku Simeona « la paix commence avec soi ». Elle ajoutait : « Nous sommes ici seulement pour apporter la paix dans notre vie, et si nous apportons la paix dans notre vie, tout autour de nous retrouve sa place, son rythme et la paix ». Ainsi, les êtres humains sont alourdis par leur passé. Lorsqu’ils ressentent le stress ou la peur, ils devraient regarder à l’intérieur d’eux-mêmes. Ils constateraient alors que la cause de leur malaise provient d’une de leur mémoire…

Ce fut principalement le Dr Ihaleakala Hew Len, élève de  Morrnah Nalamaku Simeona, qui le fit surtout connaître. Alors qu’il travaillait à l’Hôpital d’état d’Hawaï, il ne pouvait se rendre dans une salle où se trouvaient réunis des malades mentaux criminels qui étaient particulièrement dangereux. Il se contentait donc de demeurer dans son bureau avec leurs dossiers qu’il étudiait quotidiennement. Au fil du temps, ces malades commencèrent à aller mieux, leur état mental s’améliorait. Ils devenaient moins agressifs et leurs traitements pouvaient être allégés. Certains guérissaient et d’autres étaient même relâchés. Lorsque ses collèges demandèrent au Dr Len ce qu’il faisait pour obtenir de tels résultats, il répondait : « Tout simplement, je guéris la partie en moi qui les a créés ».

Car Ho’ponopono enseigne que nous sommes créateurs à 100% de notre vie. Il n’y a aucun élément de notre existence qui échappe à cette règle. Ainsi tout – simplement parce que c’est dans notre vie – est le fruit de notre création… ou plus exactement, est le résultat de nos pensées. Nos pensées erronées sont source d’ennuis et de désagréments, alors que nos pensées parfaites apportent amour et équilibre.

Fotolia_6164640_XS - copie

La pratique de Ho’oponopono est simple. Elle se déroule en plusieurs étapes.

Tout d’abord face à une situation désagréable, je commence par me rappeler que j’en suis le créateur à 100% et que les autres n’y sont pour rien. Je n’en suis pas la victime, mais l’instigateur, la cause en revenant à une de mes pensées erronées qu’il me faut – que je demande à – effacer.

Ensuite, je dis : « Désolé, pardon, merci, je t’aime » :

  • « Désolé » d’être le créateur de cet événement.
  • J’en demande « pardon ».
  • « Merci » à la vie de m’avoir montré cette mémoire erronée que j’avais en moi et dont je n’avais pas conscience.
  • « Je t’aime ». J’aime la vie, mais surtout j’envoie de l’amour à cette mémoire erronée et je demande qu’elle soit effacée. On pourrait tout aussi bien dire : « je m’aime ». Car Ho’oponopono utilise l’énergie de l’amour pour obtenir la guérison.

            Ce qui est impressionnant lorsque l’on commence à utiliser Ho’ponopono dans sa vie courante, est que les résultats sont quasi-immédiats ou du moins très rapides à survenir.

En supprimant peu à peu nos mémoires erronées, Ho’oponopono constitue un excellent outil d’évolution personnelle que chacun peut réaliser seul sans l’aide d’un thérapeute ou d’un médecin.

            Cette technique de réconciliation ancestrale rejoint sous nombre d’aspects les découvertes de la physique quantique moderne qui démontrent combien notre pensée peut agir sur la matière et par là sur notre environnement et sur notre vie. Mais aussi certains physiciens vont même jusqu’à affirmer que l’univers ne se créerait que sous notre regard. Ce serait donc notre regard, c’est-à-dire notre pensée qui engendrerait à chaque instant l’univers dans lequel nous vivons. Or, c’est précisément ce que nous enseigne Ho’oponopono. 

Dr Luc Bodin

Le Grand Livre de Ho’oponopono

Sagesse hawaïenne de guérison

Dr Luc Bodin
Nathalie Bodin
Jean Graciet

Livre - Grand livre Ho oponopono
COMMANDER CE LIVRE

Art ancestral Hawaïen, Ho’oponopono permet d‘effacer en vous les mémoires et programmes inconscients qui vous perturbent; cela apporte la paix intérieure et l’harmonie dans la vie.

Lorsqu’un événement désagréable survient, pratiquez ho’oponopono. Le processus se déroule en 5 étapes :

- Je suis créateur à 100 %
- Désolé.
- Pardon.
- Merci.
- Je t’aime.

Grâce à Ho’oponopono vous ne cherchez plus à changer les autres et le monde extérieur, vous allez voir ce qui a besoin d’être guéri en vous-même. Alors vous êtes en paix et l‘inspiration vient vous souffler à l’oreille la meilleure solution pour résoudre le conflit.

Ho’oponopono est une connexion à l’amour.

Prix 16,90 euros
Editions Jouvence

 

Ho’oponopono

Le secret des guérisseurs hawaïens

Dr Luc BODIN
et
Maria Elisa GRACIET HURTADO

ho_oponopono

Commander ce livre

     La simplicité de cette méthode Ho’oponopono va vous surprendre et, en même temps, en lisant ce livre vous aurez sans doute l’impression de retrouver un vieux savoir oublié. Mais votre surprise sera encore plus grande quand vous l’aurez mise en pratique. Vous serez alors étonné des changements qui se produiront dans votre vie.

     Ho’oponopono nous fait comprendre que tout ce qui arrive dans notre vie n’est que la conséquence de mémoires et de programmes inconscients qui sont en nous et qui nous emprisonnent dans un monde teinté de souffrances. En nettoyant ces mémoires erronées grâce à Ho’oponopono, les problèmes se transforment en leviers favorables à notre évolution et nous réintégrons ainsi notre véritable Identité.

     Ho’oponopono nous montre également que nous sommes tous reliés et unis par le lien de l’amour. Ce message, Ho’oponopono nous invite à l’expérimenter dans notre quotidien. Il nous propose une nouvelle façon d’être dans la vie où le plus important est de développer sa Paix intérieure. Elle va alors se répandre autour de nous et apportera le changement que nous souhaitons dans le monde qui nous entoure.

Prix : 8,50 euros

Editions Jouvence

Nous baignons d’une manière incessante dans nos propres pensées. Elles attirent des pensées et des vibrations du même ordre qu’elles. Par exemple, les personnes pessimistes attireront davantage de visions noires que les optimistes.

émotion stress douleur

Les pensées les plus agressives pour nous-mêmes sont :

  • La peur de la solitude et son corollaire le conflit de séparation. Ce dernier est d’ailleurs le tout premier conflit des êtres humains lors de leur séparation avec leur mère au moment de leur naissance. Ensuite, la vie apportera une succession de séparations : deuil, divorce, déménagement, licenciement, discordes…
  • Le sentiment de dévalorisation ou de ne pas être à la hauteur, accompagné d’autocritiques incessantes, est souvent caché mais extrêmement fréquent.

  • Le sentiment de rancœur et de rancune envers les autres ce qui générera la haine, la violence, la salissure…  mais aussi quelquefois envers soi-même  quand la personne a le sentiment de ne pas avoir bien fait ou bien réagi face à une situation.
  • Le sentiment de culpabilité ou de colère contre soi-même, pour avoir réalisé quelque chose ou au contraire pour ne pas avoir réalisé quelque chose… est une émotion très puissante comparable à un acide versé sur l’esprit.
  • Le sentiment de convoitise avec ses corollaires, la peur de manquer et la jalousie : désir d’un poste, d’un travail, d’une position politique ou autre, d’argent, d’une femme ou d’un homme, d’une maison, d’une voiture… Cette émotion obnubile les pensées de la personne, ne la rendant plus apte à raisonner ni à la surmonter.

émotion tendresse

Devant ces différentes émotions négatives qui gâchent la vie de nombreuses personnes, il convient de placer de nouveau sentiments :

  • Le pardon pour les autres et pour soi-même en sera la base. Mais il faut que ce pardon vienne du cœur et non qu’il soit simplement mentalisé, ce qui est différent.
  • La compréhension ou la recherche de compréhension des attitudes d’autrui, ce qui ne signifie qu’il faille devenir d’accord avec eux… mais simplement d’essayer de comprendre la motivation de leur attitude ou de leurs actes.
  • Le détachement des biens matériels, des objets et des personnes… Ne rien attendre et ne rien espérer, car ainsi il n’y a pas de déception possible. Les cadeaux de la vie sont rarement ceux que l’on attend. Mais comme la plupart des personnes espèrent autre chose, aussi n’apprécient-elles pas ces présents, ce qui très dommage.
  • La compassion, voire l’amour qui sont des énergies extrêmement puissantes capables de brûler toutes les émotions négatives sous le feu de leurs lumières.